Critères et définitions utilisés à l’origine dans les évaluations de la situation d’espèces sauvages de 1999 à 2001

Les critères révisés qui sont actuellement utilisés par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) (depuis novembre 2001) se trouvent ici.

A. Déclin des populations totales
  En voie de disparition Menacées
Taux de déclin d'au moins: ≥ 50 % ≥ 20 %
en fonction (1) de la réduction de populationobservée, estimée, déduite ou présumée dans les 10 dernières années ou les 3 dernières générations, selon les points de a) à e) ci-dessous ou toute combinaison de ces points.
ou (2) du déclin depopulation prévu ou présumé dans les 10 prochaines années ou 3 prochaines générations, selon les points b) à e) ci-dessous ou toute combinaison de ces points.
a. une observation directe;
b. un indice d'abondance approprié au taxon;
c. un déclin dans l’aire de répartition, l’étendue du territoire ou la qualité de l’habitat;
d. les niveaux d'exploitation réels ou éventuels;
e. les effets de taxons introduits, d'hybridation, d'agents pathogènes, de substances polluantes, d'espèces concurrentes ou de parasites.

B. Faible répartition et déclin ou fluctuation
  En voie de disparition Menacées
Soit l'étendue du territoire ou < 5 000 km2 < 20 000 km2
l’aire de répartition < 500 km2 < 2 000 km2
et 2 des 3 éléments suivants :
(1) soit très fragmentée : (populations isolées avec une probabilité réduite de rétablissement, une fois disparue)
ou existence reconnue à divers endroits ≤ 5 ≤ 10
(2) déclin continu pour tout élément suivant : n'importe quel taux n'importe quel taux
a.étendue du territoire;
b. aire de répartition;
c. aire, étendue ou qualité de l'habitat;
d.nombre d'endroits ou de populations;
e.nombre d'individus matures.
(3) fluctuation > 1 ordre de grandeur > 1 ordre de grandeur
a. étendue du territoire;
b. aire de répartition;
c. nombre d'endroits ou de populations;
d. nombre d'individus matures.

C. Taille et déclin d'une petite population
  En voie de disparition Menacées
Nombre d'individus matures < 2 500 < 10 000
et 1 des 2 éléments suivants :    
(1) déclin rapide d'au moins 20 p. 100 en 5 ans ou 2 générations 10 p. 100 en 10 ans ou 3 générations
(2) déclin continu et n'importe quel taux n'importe quel taux
soit (a) fragmentation toutes les populations ≤ 250 toutes les populations ≤ 1 000
ou (b) tous les individus d'une seule population
D.Très petite ou limitée
  En voie de disparition Menacées
Soit :    
(1) nombre d'individus matures < 250 < 1 000
ou (2) population sensible (sans objet)

aire de répartition < 100 km2

ou # d'endroits < 5

E. Analyse quantitative
  En voie de disparition Menacées
Indication de la probabilité de disparition dans la nature étant d'au moins: 20 p. 100 en 20 ans ou 5 générations 10 p. 100 en 100 ans

Espèces préoccupantes :

Espèces qui sont tout particulièrement sensibles aux activités humaines ou aux phénomènes naturels mais qui ne sont ni en voie de disparition ni menacées.

Exemples des raisons pour lesquelles une espèce pourrait se qualifier comme espèce préoccupante :

  • une espèce tout particulièrement sensible à une catastrophe (p. ex. une grande population d'oiseaux de mer près du parcours d'un navire porteur d'huile)
  • une espèce dépendante de mesures de conservation qui deviendrait sans doute en péril sans une protection et une gestion actives (p. ex. une espèce de poisson ou de mammifère protégée d'une trop grande prise)
  • une espèce faisant l’objet d’un rétablissement, qui ne se qualifie plus dans les catégories de risque, mais qui n’est pas complètement hors de danger ou qui pourrait redevenir en péril à cause du retour de la menace dans l’avenir.

Exemples des raisons pour lesquelles une espèce ne pourrait pas se qualifier comme espèce préoccupante :

  • rareté seulement en l'absence d'une menace reconnue
  • menace sans possibilité de tort sérieux (p. ex. grande population féconde soumise à la prise)

Définitions et abréviations

Catégories d’évaluation : désignations de la situation de l’espèce, soit : Disparue (D), Disparue du Canada (DC), En voie de disparition (VD), Menacée (M), Préoccupante (P), Données insuffisantes (DI), Non en péril (NEP).

CCCEP : Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril.

CDC : centre de données sur la conservation (dans certaines provinces, ils se nomment centre d’information sur le patrimoine naturel).

CDCF : Comité des directeurs canadiens de la faune

CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.

Compétences responsable de l’aire de répartition : gouvernements provinciaux et territoriaux, conseils de gestion des ressources fauniques et ministères fédéraux (Environnement, Patrimoine (Parcs Canada), Pêches et Océans, Partenariat sur la biosystématique) responsables de la conservation et de la gestion des espèces.

COSEPAC : Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Disparue (D) : une espèce qui n’existe plus.

Disparue du Canada (DC) : une espèce qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.

Données insuffisantes (DI) : une espèce pour laquelle l’information scientifique est insuffisante pour soutenir une désignation.

Durée de génération : l’âge moyen des parents dans la population. Elle est supérieure à l’âge à la maturité sexuelle ou à la première reproduction, sauf pour les espèces où les individus se reproduisent une seule fois.

Emplacement ou site : une aire géographiquement distincte où un groupe d’individus d’une espèce se trouvent (ou se sont déjà trouvés). La population totale ou une population peut comprendre un certain nombre de sites.

En voie de disparition (VD) : une espèce exposée à une disparition ou une disparition du Canada imminente.

Espèce (biologique) : un groupe d’organismes d’ascendance commune qui sont normalement capables de se reproduire seulement entre eux-mêmes et qui sont habituellement distincts sur le plan géographique. L’espèce est le rang le plus élevé de la hiérarchie taxinomique dans laquelle les individus peuvent se croiser et partager une origine évolutive commune (voir également Espèce (COSEPAC)).

Espèce (COSEPAC) : une espèce, une sous-espèce, une variété ou une population définie sur le plan géographique indigènes (selon les lignes directrices du COSEPAC en matière de populations) de faune et de flore sauvages (voir également Espèce (biologique)).

Espèce étrangère : désigne toute espèce ne se qualifiant pas à titre d’espèce indigène canadienne, y compris les espèces exotiques, non indigènes et envahissantes.

Espèce indigène : une espèce indigène qui se trouve au Canada naturellement, ou une espèce qui se trouvait naturellement en Amérique du Nord et qui a élargi son aire de répartition jusqu’au Canada par elle-même, ayant produit des populations viables et ayant survécu au Canada depuis au moins 50 ans. Les espèces découvertes récemment au Canada seront considérées indigènes s’il y a une preuve concluante qu’elles étaient historiquement indigènes (même s’il n’y a aucun enregistrement de leur présence depuis au moins 50 ans ou s’il n’y a aucune donnée indiquant qu’elles ont produit des populations viables).

Espèces sauvages : les espèces sauvages devrait désigner toute la vie sauvage : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, invertébrés, plantes, champignons, algues, bactéries et autres organismes sauvages.

Évaluation de la situation : l’acte d’évaluer le risque de disparition ou de disparition du Canada, et de classifier l’espèce dans une catégorie de risque, s’il y a lieu.

Fragmentation : la plupart des individus se trouvant dans des petites populations relativement isolées (géographiquement ou autrement) entre lesquelles il y a peu d’échanges (c.-à-d. < une migration réussie par année).

GSE : groupe des spécialistes des espèces.

Individus matures (nombre d’) : individus connus, estimés ou inférés comme étant capables de se reproduire. Dans les populations fluctuantes, on applique le nombre minimum. Si possible, on estime la taille effective de la population totale. Exclure les individus qui sont matures sexuellement mais incapables de se reproduire à cause du manque de compagnons, etc. Les unités reproductrices dans un clone devraient être comptées comme des individus sauf si ces unités sont incapables de survivre par elles-mêmes (p. ex. les coraux). Dans le cas des espèces qui perdent, en tout ou en partie, les individus matures à un moment de leur cycle de vie (p. ex. annuelles, poissons qui meurent après le frai), l’estimation devrait être faite au moment où les individus matures sont disponibles pour la reproduction.

Liste des espèces en péril : toutes les désignations d’espèces du COSEPAC à ce jour d’espèces (y compris les sous-espèces et les populations importantes à l’échelle nationale) dans toutes les catégories du COSEPAC.

Liste des espèces en péril (Liste des espèces canadiennes en péril) : comprend les espèces (y compris les sous-espèces et les populations importantes à l’échelle nationale) désignées « en voie de disparition » ou « menacées » par le COSEPAC à ce jour.

Meilleure information disponible : information de toutes les sources qui est pertinente à la situation de l’historique de l’espèce et à son statut de conservation, y compris l’information scientifique, locale et/ou traditionnelle.

Menacée (M) : une espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.

MPO : ministère des Pêches et des Océans fédéral.

Non en péril (NEP) : une espèce qui a été évaluée et déclarée non en péril.

Observateur : une personne qui demande et obtient l’autorisation d’être présente, ou qui a été invitée à participer, en tout ou en partie, aux délibérations du COSEPAC.

Partenariat fédéral sur la biosystématique : une initiative de collaboration d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, du Musée canadien de la nature, de Pêches et Océans Canada, d’Environnement Canada et de Ressources naturelles Canada pour faire en sorte que l’importance de la biosystématique soit reconnue, intensifiée et soutenue et que la biosystématique soit utilisée efficacement au Canada.

Population (selon le résumé technique) : un groupe géographiquement distinct ou autrement distinct (portion de la population totale) d’individus se reproduisant entre eux, qui a peu d’échanges d’individus avec d’autres groupes (populations) - généralement, un individu réussissant à migrer ou un gamète par année ou moins (voir également Population importante à l’échelle nationale et Population totale).

Population importantes à l’échelle nationale : tout groupe d’une espèce qui est reconnu comme une entité distincte pour la désignation distincte par le COSEPAC. Se référer aux Lignes directrices pour l’inscription de populations importantes à l’échelle nationale pour obtenir plus de renseignements.

Population totale (selon le résumé technique) : nombre total d’individus matures du taxon au Canada. Pour les plantes qui forment des colonies clonales, le nombre de celles-ci devrait être estimé si possible; autrement, on devrait déterminer la population totale (pouvant être composée de plusieurs populations) comme étant le nombre de tiges, et elle devrait être indiquée clairement de manière à éviter toute confusion possible avec le nombre d’individus (voir également Population et Population importante à l’échelle nationale).

Préoccupante (P) : une espèce préoccupante en raison des caractéristiques qui la rendent particulièrement exposée aux activités humaines ou aux événements naturels.

Rapport de situation : rapport technique complet qui compile et analyse la meilleure information disponible sur la situation d’une espèce au Canada, et qui indique les menaces pour cette espèce (voir également Rapport de situation mis à jour).

Rapport de situation mis à jour : rapport technique complet mettant à jour la meilleure information disponible sur la situation d’une espèce, en mettant l’accent sur les changements aux populations et aux habitats.

SCF : Service canadien de la faune d’Environnement et Changement climatique Canada

Spécialiste des espèces (COSEPAC) : un spécialiste des espèces est une personne qui possède une vaste connaissance scientifique, traditionnelle ou locale d’un groupe taxinomique ou d’une aire géographique et qui satisfait aux exigences précisées dans les conditions d’admissibilité au COSEPAC.

Spécialiste scientifique non gouvernemental : un spécialiste en conservation des espèces sauvages qui n’est pas un employé du gouvernement fédéral ou d’un gouvernement provincial ou territorial.

TNC : The Nature Conservancy (États-Unis).

UICN : Union mondiale pour la nature (autrefois connue sous le nom d’Union internationale pour la protection de la nature).

Zone d’occupation : l’aire (exprimée en kilomètres carrés) de la zone d’occurrence de l’espèce occupée par celle-ci, en excluant les cas de vagabondage. La mesure reflète le fait qu’une espèce ne sera habituellement pas présente dans toute l’aire de sa zone d’occurrence, laquelle peut contenir, par exemple, des habitats inappropriés. La zone d’occupation est la plus petite aire essentielle à tout stade à la survie de la population totale existante d’une espèce. Les dimensions de la zone d’occupation sera une fonction de l’échelle selon laquelle elle est mesurée et devrait être à une échelle appropriée pour les aspects biologiques pertinents de l’espèce. Elle devrait être mesurée sur des mailles de grille (ou l’équivalent) qui sont suffisamment petites.

Zone d’occurrence : l’aire (exprimée en kilomètres carrés) contenue dans la limite imaginaire continue la plus courte qui puisse être tirée pour englober tous les sites d’occurrence d’un taxon connus, inférés ou prévus, à l’exclusion des cas de vagabondage. Elle peut souvent se mesurer par le polygone convexe minimum qui contient tous les sites d’occurrence. La mesure peut exclure les discontinuités ou disjonctions dans la répartition globale d’une espèce (p. ex. grandes aires d’habitat évidemment inapproprié), cas dans lequel la zone d’occurrence peut être composée de deux polygones convexes (ou plus).

À propos de nous

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est un comité consultatif indépendant qui agit auprès de la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique et qui se réunit deux fois par année pour évaluer la situation des espèces sauvages menacées de disparition. Ses membres, des experts de la biologie des espèces sauvages provenant du milieu universitaire, de la fonction publique, d’organisations non gouvernementales et du secteur privé, sont chargés de désigner les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada.

Secrétariat du COSEPAC

Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
351, boul. St-Joseph, 16e étage
Gatineau Québec K1A 0H3

Courriel : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca