Calculateur de classification et d’évaluation des menaces pour les rapports de situation du COSEPAC

Approuvé par le COSEPAC en novembre 2015

Comment le COSEPAC l’a approuvé à l’occasion de sa réunion d’évaluation des espèces sauvages de novembre 2012, un calculateur de classification et d’évaluation des menaces (ci-après désigné par le terme « calculateur de menaces ») doit figurer dans chaque rapport de situation du COSEPAC, et ce, qu’il s’agisse d’un nouveau rapport de situation ou d’un rapport de situation existant mis à jour, et pour chacune des unités désignables. Pour les sommaires du statut de l’espèce, un calculateur de menaces ne doit être utilisé que si le coprésident le juge nécessaire (il peut être nécessaire de consulter les membres des sous-comités de spécialistes des espèces (SSE) et les territoires de compétence concernés).

Le meilleur moyen de tenir la discussion sur le calculateur de menaces est par téléconférence et cette discussion doit être dirigée par une personne possédant une bonne compréhension du document « Lignes directrices relatives à la classification des menaces et au calcul de l’impact des menaces et à la détermination du nombre de localités » du COSEPAC, qui est un document de référence autonome du COSEPAC. Chaque unité désignable assortie d’un ensemble de territoires de compétence unique doit avoir sa propre téléconférence. Une liste des membres du COSEPAC ayant accepté de diriger des appels sur le calculateur de menaces est accessible au Secrétariat. Les coprésidents peuvent aussi jouer le rôle de facilitateurs s’ils le désirent.

Rôle du facilitateur

Les rôles et les responsabilités du facilitateur pour le calculateur de menaces comprennent les activités suivantes :

  • Orienter la discussion en parcourant chacune des catégories de menaces indiquées dans le tableau du calculateur de menaces.
  • Se familiariser avec les menaces touchant les espèces avant la téléconférence en consultant la plus récente version du rapport sur le statut de l’espèce, un document de récupération, un rapport sur le statut de l’espèce antérieur (si le rapport préliminaire n’est pas terminé) ou une liste préliminaire des menaces fournie par le rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce avant la discussion sur le calculateur de menaces.
  • Remplir le tableau du calculateur de menaces pendant la discussion et insérer des commentaires là où il est pertinent de le faire (il est possible de demander aux coprésidents des SSE, au chargé de projet scientifique du Secrétariat ou au rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce de remplir la section des commentaires).
  • Envoyer le tableau au coprésident et au chargé de projet scientifique pour l’étape finale de sa préparation après la discussion.

Échéancier

La discussion sur le calculateur de menaces doit idéalement avoir lieu :

  • Pendant la période de trois mois prévue pour l’examen de l’ébauche pour que les participants aient une copie du rapport préliminaire en mains. Il faut mentionner qu’on ne s’attend pas à ce que les participants aient lu ou examiné le rapport sur le statut de l’espèce dans son entièreté, car la discussion ne porte que sur la section relative aux menaces. OU
  • Immédiatement après la période de trois mois prévue pour l’examen de l’ébauche pour que les participants aient lu le rapport.

Participation

Les personnes ci-dessous doivent toujours être invitées à participer aux discussions sur l’évaluation du calculateur de menaces (voir la remarque ci-dessous). Elles ne sont pas obligées d’y participer, mais elles doivent avoir l’occasion de fournir leur apport. Il faut idéalement accorder un préavis d’au moins trois semaines aux participants avant la tenue de la téléconférence sur le calculateur de menaces.

  • Facilitateur de la téléconférence sur le calculateur de menaces
  • Coprésident des SSE responsable du rapport (s’il ne s’agit pas du facilitateur)
  • Autre coprésident des SSE du SSE responsable
  • Chargé de projet scientifique du Secrétariat
  • Rédacteur(s) du rapport sur le statut de l’espèce
  • Représentants des autorités fédérales, provinciales et territoriales compétentes (les membres de chaque autorité compétente ont la responsabilité de faire suivre l’invitation aux biologistes concernés de leur territoire de compétences et d’avertir le coprésident et le chargé de projet scientifique du Secrétariat de leur présence).
  • Coprésidents du sous-comité sur les CTA
  • Conseils de gestion des ressources fauniques responsables de l’aire de répartition de l’espèce
  • D’autres experts clés sur les menaces qui pèsent sur l’espèce et sur l’habitat de l’espèce (on peut les identifier en demandant une liste d’experts au rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce).
    (Fait à noter, il est préférable de limiter le nombre d’experts externes pour ne pas arriver à un nombre de participants démesuré).

Appui du chargé de projet scientifique

Le président des SSE doit lancer la discussion sur le calculateur de menaces. Il peut cependant demander l’aide de son chargé de projet scientifique du Secrétariat pour l’exécution des tâches ci-dessous.

  • Demander au rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce de dresser une liste d’experts possédant une connaissance approfondie des menaces qui pèsent sur l’espèce et de l’habitat de l’espèce (Remarque : À cette étape, il est important que les rédacteurs du rapport, les experts, les coprésidents et les territoires de compétence ne désignent que les personnes dont la présence est essentielle pour la tenue de la téléconférence pour que le chargé de projet scientifique puisse organiser l’appel en fonction de la disponibilité de ces personnes).
  • Choisir un facilitateur pour la téléconférence sur le calculateur de menaces et demander au facilitateur, au rédacteur du rapport et au coprésident de fournir une série de dates et d’heures potentielles pour la téléconférence.
  • Inviter les participants à la téléconférence et leur transmettre l’information sur la téléconférence et la documentation pertinente (c.-à-d. le rapport de situation le plus récent pour examen, le document de référence du COSEPAC pour remplir le calculateur de menaces, etc.).
  • Envoyer le tableau final aux personnes qui ont participé à la téléconférence. Cela peut aussi comprendre les personnes invitées qui n’ont pas pu participer à la téléconférence.
  • Inclure le fichier Excel fourni par le coprésident dans les courriels portant sur l’examen, et indiquer que tous les changements apportés au tableau doivent être approuvés par lui.
  • Intégrer le fichier Excel au rapport sur le statut (document Word) à l’étape des deux mois, en format modifiable.

Rôle du rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce :

On considère que le calculateur de menaces fait partie des sources de renseignements que le rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce doit consulter pour obtenir la meilleure information possible. Les rédacteurs du rapport sur le statut sont dirigés vers Instructions pour la préparation des rapports de situation du COSEPAC, qui contient des instructions sur la manière de préparer et d’intégrer les résultats découlant de la téléconférence sur le calculateur de menaces. Chaque téléconférence sur le calculateur de menaces dure environ deux heures et les exigences qui y sont associées seront prises en compte lors des négociations contractuelles avec le rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce retenu.

Le rôle du rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce peut comprendre les tâches ci-dessous.

  • Avant le début d’une discussion sur le calculateur de menaces, le rédacteur du rapport sur le statut de l’espèce doit procéder aux vérifications d’usage avec les centres de données sur la protection de la nature pertinents, avec l’équipe de récupération et avec le coordonnateur de la récupération pour s’assurer qu’aucun autre rapport n’a été rédigé ou n’est prévu. Si un rapport a été rédigé récemment, cette version peut être utilisée dans le rapport sur le statut (à la discrétion du coprésident) ou les efforts peuvent être joints à ceux du COSEPAC.
  • Préparer un tableau PRÉLIMINAIRE du calculateur de menaces avant la téléconférence. Il faut à tout le moins dresser une liste de menaces pesant sur l’espèce en rédigeant un commentaire dans la section des commentaires du tableau pour chaque menace susceptibles de toucher l’espèce (cela guidera les participants vers les sections dont il faut discuter).
  • Fournir au Secrétariat une liste d’experts pouvant être invités à participer à la téléconférence sur le calculateur de menaces. S’il existe un expert de l’espèce ou des personnes possédant des renseignements approfondis sur l’habitat ou les menaces et susceptibles de contribuer grandement à la téléconférence, il doit le dire. Tous les participants auront l’occasion de rédiger un commentaire dans le tableau après la téléconférence.

Périodes d’examen et publication

Une fois qu’un tableau pour le calculateur de menaces a été préparé, il faut le distribuer pour examen, tout comme le rapport sur le statut de l’espèce du COSEPAC. Le format idéal pour les périodes d’examen est une feuille de calcul Excel, car ce format donne aux examinateurs la possibilité de voir les options offertes dans les cases à menu déroulant.

À l’étape des deux mois du rapport provisoire, le tableau du calculateur de risques doit être intégré au rapport sur le statut de l’espèce (document Word) en tant qu’annexe à publier avec le rapport. L’ensemble du tableau, y compris l’identité des personnes ayant contribué à l’évaluation des menaces, doit y figurer. Les rangées vides peuvent être supprimées pour économiser de l’espace. C’est également le cas de chaque sous-section. Comme pour tous les graphiques, le tableau ne peut être un fichier image; il doit être en format modifiable. Les chargés de projet scientifiques peuvent offrir leur aide pour la mise en œuvre du calculateur de menaces à l’étape des deux mois et à l’étape finale de la préparation du rapport, au besoin.

À propos de nous

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est un comité consultatif indépendant qui agit auprès de la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique et qui se réunit deux fois par année pour évaluer la situation des espèces sauvages menacées de disparition. Ses membres, des experts de la biologie des espèces sauvages provenant du milieu universitaire, de la fonction publique, d’organisations non gouvernementales et du secteur privé, sont chargés de désigner les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada.

Secrétariat du COSEPAC

Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
351, boul. St-Joseph, 16e étage
Gatineau Québec K1A 0H3

Téléphone : 819-938-4125
Télécopieur : 819-938-3984
Courriel : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca