Évaluations des espèces sauvages du COSEPAC (version détaillée), novembre 2018

Version PDF

Le rapport présente des renseignements détaillés sur les espèces sauvages évaluées lors de la réunion la plus récente. L’information comprise dans les rapports de situation est utilisée pour évaluer la catégorie de risque de chaque espèce sauvage. Des critères et des lignes directrices précis sont utilisés.

Les résultats sont regroupés selon le taxon, puis selon la catégorie de statut. L’aire d'occurrence au Canada (par province, territoire ou océan) et l’historique des désignations de statut sont fournis pour chaque espèce sauvage 1

Arthropodes

Nom commun: Gomphe des rapides
Nom scientifique: Phanogomphus quadricolor
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B2ab(iii)
Justification de la désignation: L’aire de répartition de cette libellule est fragmentée, et la zone d’occupation est très petite. Les activités de recherche intensives indiquent que l’espèce est limitée à de petites portions de cinq cours d’eau du sud de l’Ontario. L’espèce serait disparue d’un autre cours d’eau. Le déclin de l’habitat dû à une variété de facteurs demeure une menace élevée pour les sous-populations restantes.
Répartition: Ontario
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 2008. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2018.

Nom commun: Bourdon américain
Nom scientifique: Bombus pensylvanicus
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Cet insecte se rencontre presque partout en Amérique du Nord; l’Ontario et le Québec représentent la limite septentrionale de son aire de répartition. L’espèce a subi des déclins considérables avant 1980, et les tendances générales donnent à penser qu’elle est de plus en plus rare même si elle persiste dans une portion de son aire de répartition historique au Canada. Les causes du déclin restent incertaines, mais l’utilisation de pesticides, la transformation de l’habitat et la propagation de pathogènes à partir de colonies gérées sont probablement des facteurs contributifs. De plus, des facteurs limitatifs tels que l’augmentation de la charge parasitaire et la baisse de la diversité génétique nuisent à la persistance de cette espèce sauvage.
Répartition: Ontario Québec
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2018.

Nom commun: Noctuelle jaune pâle des dunes
Nom scientifique: Copablepharon grandis
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Ce papillon de nuit compte 13 sous-populations se rencontrant uniquement sur des dunes actives, éloignées les unes des autres, des prairies de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Les processus de perturbation naturels maintenaient autrefois ces habitats ouverts pour l’espèce. Toutefois, la suppression des feux et la disparition du bison des plaines, combinées au réchauffement climatique, ont favorisé la succession végétale. Un déclin de la population aux sites connus est inféré d’après la succession végétale qui découlerait de la perte d’habitat dunaire ouvert et actif. L’espèce est difficile à repérer et certaines parties de son habitat n’ont pas fait l’objet de recherches, ce qui laisse croire à l’existence possible de quelques sous-populations additionnelles.
Répartition: Alberta, Saskatchewan, Manitoba
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2007. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2018.

Nom commun: Ophiogomphe de Howe
Nom scientifique: Ophiogomphus howei
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: L’une des plus petites libellules du Canada, cette espèce rare à l’échelle mondiale est un spécialiste de l’habitat qui se limite à quelques cours d’eau du Nouveau-Brunswick et à une seule rivière du Nord-Ouest de l’Ontario. Si l’impact global des menaces est actuellement faible, la construction potentielle de barrages menace au moins un site dans l’aire de répartition. De plus, des espèces aquatiques envahissantes pourraient nuire aux larves de l’espèce.
Répartition: Ontario, Nouveau-Brunswick
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2008. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2018.

Nom commun: Scolie dorée
Nom scientifique: Dielis pilipes
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Cette guêpe de grande taille est limitée aux communautés écologiques de purshie tridentée et d’armoise de faible altitude des vallées de l’Okanagan Sud et de la Similkameen, en Colombie-Britannique. Les larves se nourrissent de vers de Polyphylla decemlineata dans les sols sablonneux à l’ouest des Rocheuses. La perte, la dégradation et la fragmentation d’habitats ouverts et sablonneux ainsi que l’épandage de pesticides sur les terres agricoles adjacentes pendant la période de vol des adultes sont les principales menaces pour l’espèce. Parmi les autres menaces figurent l’augmentation du nombre de plantes non indigènes dans les habitats sablonneux ouverts, qui réduisent la détectabilité des larves du coléoptère hôte par les guêpes femelles adultes. L’espèce pourrait devenir « espèce menacée » si les facteurs réputés nuire à sa persistance ne sont pas gérés.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2018.

Mammifères

Nom commun: Ours blanc
Nom scientifique: Ursus maritimus
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Ce prédateur au sommet du réseau trophique dépend de la glace de mer pour chasser sa proie de prédilection: le phoque. La contraction de la glace de mer et de la période où celle-ci est présente, causée par le réchauffement climatique dans l’Arctique canadien et diminuant les possibilités d’alimentation, est la principale menace qui pèse sur la persistance de l’espèce. Toutefois, l’ampleur de l’impact sur les effectifs de la population est incertaine et varie dans l’ensemble de l’aire de répartition. La taille et les tendances de la population sont actuellement incertaines parce que les données démographiques estimées depuis la dernière évaluation du COSEPAC en 2008 portent sur moins de la moitié de l’aire de répartition et que les méthodes de relevé ont changé. Ces lacunes empêchent l’analyse des tendances quantitatives pour la plus grande partie de la population canadienne. La population totale au Canada atteint probablement un peu plus de 10 000 individus matures. Selon les connaissances traditionnelles autochtones (CTA), les populations des 13 unités de gestion sont stables ou à la hausse. Les connaissances scientifiques, quant à elles, laissent entrevoir une baisse des populations, en plus d’une détérioration de la condition physique, et d’une diminution de la productivité et de la glace de mer, dans 3 unités de gestion de la partie sud de l’aire de répartition. La population canadienne devrait connaître une baisse au cours des 3 prochaines générations (35 ans) en raison de la réduction de la couverture saisonnière de la glace de mer. L’espèce pourrait devenir « espèce menacée » à cause des effets de la perte de glace de mer, qui seront étendus et continus.
Répartition: Territoires du Yukon, Territoires du Nord-Ouest, Territoires du Nunavut, Manitoba, Ontario, Québec, Terre-Neuve-et-Labrador, Océan Arctique
Historique du statut: Espèce désignée « non en péril » en avril 1986. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en avril 1991. Réexamen et confirmation du statut en avril 1999, en novembre 2002, en avril 2008, et en novembre 2018.

Plantes vasculaires

Nom commun: Épilobe de Torrey
Nom scientifique: Epilobium torreyi
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: D1
Justification de la désignation: Cette plante herbacée annuelle n’a pas été observée depuis 1993. L’un des sites où on l’a vue pour la dernière fois se trouvait dans un parc régional. Il est possible que des graines viables y soient à l’état de dormance et que celles-ci puissent germer si les bonnes conditions sont réunies.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 2006. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2018.

Nom commun: Spiranthe des terrains inondés
Nom scientifique: Spiranthes diluvialis
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B1ab(iii)+2ab(iii); C2a(i,ii); D1
Justification de la désignation: Cette orchidée de petite taille et rare à l’échelle mondiale se rencontre dans deux localités au Canada, dont une compte un seul individu en Colombie-Britannique. Son habitat est constitué de rives de lacs humides une partie de l’année, légèrement à modérément salins et exempts d’espèces très hautes/compétitives. Les espèces envahissantes sont la principale menace pesant sur l’espèce.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Valériane ciliée
Nom scientifique: Valeriana edulis ssp. ciliata
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation: Cette plante vivace longévive se rencontre dans les prairies humides et les tourbières minérotrophes du sud-ouest de l’Ontario, qui sont des milieux très rares. Une diminution de la répartition, du nombre de localités et de la qualité de l’habitat a été observée, et une diminution du nombre d’individus matures a été inférée. Les trois localités restantes, qui comptent un faible nombre d’individus matures, sont menacées par le développement commercial, la présence d’espèces envahissantes et la succession naturelle.
Répartition: Ontario
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Frêne noir
Nom scientifique: Fraxinus nigra
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: Correspond à la catégorie « en voie de disparition », A3ce+4ce, sur la base des zones de vulnérabilité prédites, mais est désignée « menacée », A3ce+4ce, en raison des facteurs, incluant l’efficacité de la lutte biologique contre l’agrile du frêne ainsi que la capacité de survie de l’agrile du frêne aux conditions hivernales, qui peuvent réduire le taux de mortalité au cours de la période prévue.
Justification de la désignation: Environ 51 % de l’aire de répartition mondiale de cet arbre se trouve au Canada. L’agrile du frêne, un coléoptère envahissant, a décimé les sous-populations du centre de l’aire de répartition. Il a été détecté pour la première fois au Canada à Windsor, en Ontario, en 2002, et a depuis élargi son aire de répartition jusqu’à Winnipeg, au Manitoba, dans l’ouest, et jusqu’à Bedford, en Nouvelle-Écosse, dans l’est. Si le déclin global du nombre de frênes au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario et au Manitoba est modéré à ce jour, les projections indiquent que les taux de mortalité seront supérieurs à 90 % et qu’environ 73 % de la population canadienne est susceptible d’être touchée en l’espace de 1 génération (60 ans) dans les conditions climatiques actuelles. La lutte biologique contre l’agrile du frêne a été amorcée dans certaines parties du sud de l’Ontario et du Québec, mais son efficacité est incertaine. On s’attend donc à ce que l’agrile du frêne étende sa présence dans l’habitat de la présente espèce grâce aux changements climatiques.
Répartition: Manitoba, Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick, Îles-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2018.

Nom commun: Drave du Yukon
Nom scientifique: Draba yukonensis
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Cette espèce de moutarde vivace de petite taille et à courte durée de vie est endémique dans le sud du Yukon. Son aire de répartition est très restreinte, se limitant aux prés bien drainés et aux pentes orientées vers le sud. Les relevés réalisés depuis 2011 ont permis d’élargir l’aire de répartition et fait augmenter le nombre de sites connus, lequel est passé de 3 à 19. Selon ces relevés, la population pourrait ne pas subir les fluctuations extrêmes prévues au départ. Parmi les menaces actuelles figurent l’empiétement par les forêts, les incendies de forêt, l’aménagement de routes, les espèces envahissantes, et le piétinement par les humains et les bisons. Ces menaces ont le potentiel de réduire la superficie d’habitat convenable et le nombre de sous-populations potentiellement non viables au point où l’espèce satisferait aux critères de la catégorie « espèce menacée ».
Répartition: Territoires du Yukon
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2011. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « préoccupante » en novembre 2018.

Poissons

Nom commun: Éperlan arc-en-ciel (Population d'individus de grande taille du lac Utopia)
Nom scientifique: Osmerus mordax
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B1ab(iii)+2ab(iii)
Justification de la désignation: Cette population d’éperlans est formée des individus de grande taille d’une paire d’espèces divergentes endémique d’un lac du sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Sa persistance dépend des conditions écologiques à l’origine de la divergence des espèces formant la paire à partir d’un même ancêtre. Le changement de l’environnement prédateurs-proies dû à l’introduction récente ou potentielle d’espèces envahissantes et l’hybridation avec des membres de petite taille de la paire d’espèces menacent la viabilité à long terme de cette dernière.
Répartition: Nouveau-Brunswick
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2008. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Éperlan arc-en-ciel (Population d'individus de petite taille du lac Utopia)
Nom scientifique: Osmerus mordax
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B1ab(iii)+2ab(iii)
Justification de la désignation: Cette population d’éperlans est formée des individus de petite taille d’une paire d’espèces divergentes endémique d’un lac du sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Sa persistance dépend des conditions écologiques à l’origine de la divergence des espèces formant la paire à partir d’un même ancêtre. Le changement de l’environnement prédateurs-proies dû à l’introduction récente ou potentielle d’espèces envahissantes et l’hybridation avec des membres de grande taille de la paire d’espèces menacent la viabilité à long terme de cette dernière.
Répartition: Nouveau-Brunswick
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en avril 1998. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en novembre 2008. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Naseux de la Nooksack
Nom scientifique: Rhinichthys cataractae
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation: Ce petit poisson est un spécialiste de l’habitat qui dépend des radiers aux substrats meubles et rocailleux. Au Canada, il vit dans des parcelles d’habitat isolées des basses terres de la vallée du Fraser, où sa répartition est extrêmement limitée. Il subit une perte d’habitat continue due à la destruction des radiers par les pratiques urbaines, industrielles et agricoles. Les cours d’eau abritant l’espèce sont également touchés, à la fin de l’été, par le manque d’eau dû aux prélèvements d’eaux souterraines et de surface ainsi qu’aux changements climatiques. L’accumulation de sédiments dans les radiers, causée par l’érosion des berges résultant de l’extraction de gravier et/ou du ruissellement provenant des égouts pluviaux urbains, exacerbe la dégradation de la qualité de l’eau et de l’habitat.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1996. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000, en avril 2007, et en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.2)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans la rivière Thompson Sud a connu une diminution marquée, et elle est maintenant très faible. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population de la Thompson Nord, type fluvial, printemps)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd+3c+4c
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks frayant dans la rivière Thompson Nord a connu une diminution marquée, et elle est maintenant faible. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population. Les changements prévus des systèmes météorologiques du Pacifique Nord qui influent sur la disponibilité des eaux souterraines auront des répercussions sur les frayères et la survie hivernale.
Répartition: Colombie-Britannique Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population de la Thompson Nord, type fluvial, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans la rivière Thompson Nord connaît une diminution marquée. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population de l’est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: D1
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks de la rivière Nanaimo est très faible depuis longtemps. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce est une menace pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du moyen Fraser, type fluvial, printemps)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: D1
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks frayant dans les bassins versants des rivières Nahatlatch et Anderson a diminué, et elle est maintenant très faible. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du moyen Fraser, type fluvial, automne)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd; C2a(i,ii); D1
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte automnale de saumons chinook frayant dans les bassins versants des rivières Seton et Anderson, le long du moyen Fraser, a diminué, et elle est maintenant très faible. Le déclin devrait se poursuivre. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du bas Fraser, type fluvial, été (haute Pitt))
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans la rivière Pitt, dans le bassin versant du bas Fraser, a baissé, et elle est aujourd’hui à son plus bas. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces continues pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du haut Fraser, type fluvial, printemps)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut : En voie de disparition
Critères d'évaluation: A2bcd+3c+4c
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks frayant dans les rivières Salmon et Raush, dans le bassin du haut Fraser, connaît une diminution. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population. Les changements prévus des systèmes météorologiques du Pacifique Nord qui influent sur la disponibilité des eaux souterraines auront des répercussions sur les frayères et la survie hivernale.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2018.

Nom commun: Méné de lac (Populations des sources thermales de la Liard)
Nom scientifique: Couesius plumbeus
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: D2
Justification de la désignation: Cette population de poissons de petite taille vit dans des sources thermales uniques de la Colombie-Britannique. Elle a développé plusieurs caractères particuliers sur les plans de la physiologie et du cycle vital, qui lui ont permis de persister dans ces milieux extrêmes. La faible superficie de l’habitat dans ce complexe de sources chaudes et les risques posés par les activités humaines, dont l’introduction d’espèces exotiques, pourraient entraîner en peu de temps la disparition de l’espèce.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: L'espèce a été considérée comme une seule unité de population (populations des sources chaudes du nord de la Colombie-Britannique) en novembre 2004 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ». Lorsque l’espèce a été divisée en unités séparées en novembre 2018, l'unité « populations des sources thermales de la Liard » a été désignée « menacée ».

Nom commun: Méné de lac (Populations des sources thermales d’Atlin)
Nom scientifique: Couesius plumbeus
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: D2
Justification de la désignation: Cette population de poissons de petite taille vit dans des sources thermales uniques de la Colombie-Britannique. Elle a développé plusieurs caractères particuliers sur les plans de la physiologie et du cycle vital, qui lui ont permis de persister dans ces milieux extrêmes. La faible superficie de l’habitat dans ce complexe de sources chaudes, et les risques posés par les activités humaines et l’introduction d’espèces exotiques, pourraient entraîner en peu de temps la disparition de l’espèce.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: L'espèce a été considérée comme une seule unité de population (populations des sources chaudes du nord de la Colombie-Britannique) en novembre 2004 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ». Lorsque l’espèce a été divisée en unités séparées en novembre 2018, l'unité « populations des sources thermales d’Atlin » a été désignée « menacée ».

Nom commun: Saumon chinook (Population du bas Fraser, type océanique, automne)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: Correspond à la catégorie « en voie de disparition », A2acd, mais est désignée « menacée », A2acd, puisque la série chronologique plus longue présente un déclin plus faible.
Justification de la désignation: Les lâchers d’individus d’écloserie de 1981 à 2004 compliquent le calcul des taux de déclin, mais l’on sait que l’abondance de cette remonte automnale de saumons chinooks du bas Fraser connaît une baisse régulière. Les données sur l’abondance pour toutes les années disponibles sont réputées le mieux représenter l’abondance naturelle des géniteurs. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, la récolte et la modification de l’écosystème de l’estuaire du bas Fraser sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du bas Fraser, type fluvial, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: A2bcd
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans les rivières Lillooet et Harrison, dans le bassin du bas Fraser, a diminué, et elle est maintenant faible. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du moyen Fraser, type fluvial, printemps (MF+DetG))
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: A2bcde
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks frayant dans plusieurs affluents du moyen Fraser connaît une diminution. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, la récolte et la pollution causée par les activités minières sont des menaces pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du moyen Fraser, type fluvial, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: A2bc
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans plusieurs affluents du moyen Fraser connaît une diminution. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce est une menace pour cette population.
Répartition: Colombie-Britannique Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « menacée » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du bas Fraser, type fluvial, printemps)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte printanière de saumons chinooks frayant dans le bassin versant du bas Fraser a diminué au cours des trois dernières générations. La baisse de la qualité des milieux marins et d’eau douce, et la récolte sont des menaces continues. Si le nombre déjà faible d’individus matures devait diminuer encore plus, la population pourrait devenir menacée.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2018.

Nom commun: Grenadier berglax
Nom scientifique: Macrourus berglax
Statut: Non en péril
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Des millions d’individus de cette espèce de poisson des grands fonds vivent tant en eaux canadiennes qu’à l’extérieur de celles-ci. Les prises accessoires dans la pêche au flétan du Groenland, sous-déclarées et variables selon l’effort de pêche, sont la principale menace pesant sur la présente espèce. Toutefois, la situation de l’espèce est moins préoccupante grâce à l’existence du plan de gestion des pêches visant le flétan du Groenland, au fait que les prises accessoires ont pour la plupart lieu à l’extérieur de l’aire de répartition principale, à la hausse de l’indice de population dans l’aire de répartition principale depuis 1995 et à la diminution régulière des prises accessoires déclarées depuis 2003. Par conséquent, il est peu probable que la menace posée par les prises accessoires entraîne un déclin de l’espèce puisque les mesures de gestion canadiennes et internationales sont axées sur le rétablissement du flétan du Groenland.
Répartition: Territoires du Nunavut Nouveau-Brunswick Nouvelle-Écosse Terre-Neuve-et-Labrador Océan Arctique Océan Atlantique
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en avril 2007. Réexamen du statut et inscription à la catégorie « non en péril » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population de la Thompson Sud, type océanique, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Non en péril
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: L’abondance de cette remonte estivale de saumons chinooks de la rivière Thompson Sud connaît une hausse régulière, et le plus récent indice de population est le deuxième en importance jamais enregistré.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce désignée « non en péril » en novembre 2018.

Nom commun: Saumon chinook (Population du sud de la partie continentale (C.-B.), type océanique, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Données insuffisantes
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans le bassin versant glaciaire éloigné de la rivière Homathko, dans le sud de la partie continentale, n’a pas fait l’objet de relevés suffisants pour évaluer la situation de la population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce étudiée en novembre 2018 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Nom commun: Saumon chinook (Population du sud de la partie continentale (C.-B.), type fluvial, été)
Nom scientifique: Oncorhynchus tshawytscha
Statut: Données insuffisantes
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Cette remonte estivale de saumons chinooks frayant dans le bassin versant glaciaire éloigné de la rivière Klinaklini, dans le sud de la partie continentale de la Colombie-Britannique, n’a pas fait l’objet de relevés suffisants pour évaluer la situation de la population.
Répartition: Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut: Espèce étudiée en novembre 2018 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Reptiles

Nom commun: Lézard à petites cornes mineur
Nom scientifique: Phrynosoma douglasii
Statut: Disparue du pays
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Au Canada, cette espèce n’est connue que grâce aux mentions historiques. Depuis la dernière évaluation, d’autres observations anecdotiques ont été mises au jour, mais il n’y a aucune mention confirmée depuis plus de 50 ans. Les mentions historiques concernent une zone peuplée de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, où l’on s’attendrait à de nouvelles observations si l’espèce existait encore au Canada.
Répartition: Colombie-Britannique
Historique du statut: Dernière observation en 1957. Espèce désignée « disparue du pays » en avril 1992. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000, en avril 2007, et en novembre 2018.

Nom commun: Tortue des bois
Nom scientifique: Glyptemys insculpta
Statut: Menacée
Critères d'évaluation: A2cd+3cd+4cd
Justification de la désignation: Cette tortue connaît une baisse dans la majeure partie de son aire de répartition. Ses sous-populations sont petites et de plus en plus disjointes, nombre d’entre elles étant séparées les unes des autres par des distances qui dépassent les distances de dispersion observées chez l’espèce. L’espèce affiche une forte fidélité à l’égard des sites, retournant souvent aux mêmes aires de nidification et d’hivernage limitées pendant des décennies. Elle a besoin à la fois de milieux aquatiques et de milieux terrestres, mais elle est plus terrestre que d’autres espèces de tortues d’eau douce, ce qui la rend vulnérable à la mortalité routière, aux pratiques d’utilisation des terres et aux prélèvements aux fins de commerce d’animaux de compagnie. En raison de son cycle vital « lent », caractérisé par une maturation tardive et une longévité extrême, des taux de survie des adultes très élevés sont cruciaux pour maintenir des populations stables. Une hausse chronique des taux de mortalité des adultes et des juvéniles ou un épisode catastrophique de mortalité des adultes nuiront à la stabilité et à la viabilité de la population. L’exposition accrue au trafic sur les routes (asphaltées ou non), les activités agricoles (en particulier le fauchage et le labourage), l’expansion des populations de prédateurs favorisés par les activités humaines et la variabilité du régime des bassins versants ont augmenté la mortalité et mis en péril les sous-populations.
Répartition: Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en avril 1996. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « menacée » en novembre 2007. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2018.

Nom commun: Lézard à petites cornes majeur
Nom scientifique: Phrynosoma hernandesi
Statut: Préoccupante
Critères d'évaluation: sans objet
Justification de la désignation: Au Canada, cette espèce se rencontre dans plusieurs localités éparses des prairies du sud de l’Alberta et de la Saskatchewan. De nouvelles localités ont été répertoriées depuis la dernière évaluation, et la répartition de l’espèce n’est plus considérée comme gravement fragmentée. Les menaces à grande échelle sont notamment la modification de l’habitat par les plantes envahissantes, et la vulnérabilité accrue aux sécheresses l’été et aux épisodes de gel-dégel associés aux changements climatiques. Environ 70 % de la population de l’espèce vit dans le parc national des Prairies, mais les sous-populations à l’extérieur de cette aire protégée, notamment toutes les sous-populations de l’Alberta, font face à d’autres menaces: agriculture, forage pétrolier et gazier, prédation accrue à cause de la modification de l’habitat, autres aménagements humains. Les tendances actuelles de la taille de la population et de la qualité de l’habitat en Alberta sont inconnues. L’espèce satisfait presque à tous les critères de la catégorie « espèce menacée » étant donné sa petite aire de répartition, la réduction inférée et projetée de la qualité de son habitat, sa répartition éparse et ses besoins précis en matière d’habitat.
Répartition: Alberta, Saskatchewan
Historique du statut: Espèce désignée « préoccupante » en avril 1992. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 2007. Réexamen du statut: l'espèce a été désignée « préoccupante » en novembre 2018.

Date de la reunion: novembre 30, 2018


(1) Les évaluations du néphrome cryptique (Nephroma occultum), et de la fuscopannaire à taches blanches (Fuscopannaria leucosticta), et de la cicindèle des galets (Cicindela marginipennis) ont été reportées. Ces espèces sauvages seront reconsidérées par Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) à une réunion ultérieure.

À propos de nous

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est un comité consultatif indépendant qui agit auprès de la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique et qui se réunit deux fois par année pour évaluer la situation des espèces sauvages menacées de disparition. Ses membres, des experts de la biologie des espèces sauvages provenant du milieu universitaire, de la fonction publique, d’organisations non gouvernementales et du secteur privé, sont chargés de désigner les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada.

Secrétariat du COSEPAC

Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
351, boul. St-Joseph, 16e étage
Gatineau Québec K1A 0H3

Téléphone : 819-938-4125
Télécopieur : 819-938-3984
Courriel : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca